Ressources et Protocole

Nous baignons dans une pléthore de champs électromagnétiques d’origine naturelle et artificielle. Les corps biologiques, symphonies de milliards de cellules, les flux nerveux, ainsi que l’activité neuronale, sont également des sources d’émission de champs électromagnétiques. Ces « conglomérats » , leur rythmes et leur situation spatiale, constituent le champ d’exploration et d’investigation de nouvelles territorialités invisibles.

D’un point de vue cognitif, la perception que nous avons du réel, notre sensorialité, dépend également des caractéristiques cellulaires de nos organes de perception, et surtout de notre cerveau qui décode ces signaux électromagnétiques.

L’exploration des paysages électromagnétiques va donc de pair avec la l’exploration de nos limites cognitives.

Exploration des Paysages Electromagnétiques

Paysages Electromagnétiques d’origine Naturelle

L’environnement terrestre, qui a bercé l’évolution des organismes depuis des centaines de millions d’années, est la magnétosphère. Le champ magnétique terrestre, depuis le profondeurs de la Terre jusqu’aux couches ionosphériques, a favorisé le développement de la biodiversité en la protégeant des radiations de l’espace.

Ce conglomérat magnétosphérique peut être considéré comme un organisme vivant, ayant ses cycles, ses transformations et son évolution. Tout corps planétaire entre en interaction électromagnétique avec les corps qui lui sont proches, si cette considération à un sens à l’échelle cosmique de notre système solaire situé en périphérie de la Voie Lactéé. Ainsi une déflagration solaire, causée par l’absorption d’une comète ou l’explosion d’une supernova, interfère sur les fluctuations de la magnétosphère, se reporte sur le climat et écosystème.

A l’instar des systèmes biologiques qui se trouvent sensibilisés par ces variations magnétosphèriques, le cerveau, dont la symbiose électromagnétique et chimique fait émerger la conscience est également sensible à ces influences.

S’en rendre compte dans la vie de tous les jours n’est pas si évident, puisque nous baignons au seins de ces systèmes de régulation cosmiques et planétaire depuis notre naissance. Sauf en cas de perturbations "brutales" à l’échelle d’une vie humaine, ou d’une civilisation, "moindres" par contre sur des échelles de temps plus étendues. Pourtant tous nos mécanismes biologiques et cognitifs font écho à ces facteurs, à chaque milliseconde.

C’est pourquoi, aussi violents que peuvent être les évenements électromagnétiques d’origine cosmique ou planétaire, nos charpentes biologiques sont familières à ces fluctuations, intimement connues et enfouies au sein de l’insondable mémoire du Vivant.

L’essor de l’ère industrielle et son inexorable expansion, a cependant radicalement transformé les paysages électromagnétiques naturels et jusquà nos mécanismes cognitifs.

Paysages Electromagnétiques d’origine artificielle

Ces radiations émergentes sont la résultante de l’essor de nos Technologies de l’Information et de la Communication, aussi bien que des systèmes de transport de notre énergie électrique. Ces densités électromagnétiques, que rayonne chaque objet électronique ou mécanique, constitue ce qui en langue anglo-saxonne est nommé « électrosmog » (brouillard électromagnétique). La situation spatiale et temporelle de l’electrosmog, bien qu’ invisible et partiellement inodore et insipide, influence aussi bien la communication cellulaire que les mécanismes de la cognition.

Telles de nouveaux spectres, artificiels, avatars de nos systèmes de communication, rejetons impalpables de l’usage de nos technologies, repr´sentants d’une flore et une faune étrangère, habitant le nulle part et le tout, ces entités nouvelles ont pris possession peu à peu des paysages électromagnétiques naturels.

Ces nouvelles "monades" digitales, pulsées, "computationnalisées" se sont infiltrées jusqu’aux tréfonds de nos mécanismes cognitifs, de la structure de notre psyché. Et là aussi, nous semblons bien vite, docilement, nous en accoutumer...

Exploration des Limites Cognitives

Les mécanismes de la conscience et de la perception sensorielle, sont intimement influencés par les paysages électromagnétiques ou s’entremellent influences naturelles et artificielles. Notre cerveau émet des ondes de très basse fréquence en permanence, et tend à se recallibrer en permannence en fonctions d’ondes reçues depuis son environnement proche et distant. L’union symbiotique des ondes cérébrales et des éléments chimiques du cerveau fait émerger la conscience. Plusieurs « consciences » forment un être dans son ensemble. La conscience primitive de nos cellules s’articule pour gérer l’ensemble de l’organisme. Cette « intelligence silencieuse » semble même dépasser les limites du corps pour aller alimenter un réservoir d’expériences et d’instincts en des spatialités et temporalités encore insoupçonnées. Mais ce qui constitue encore l’énigme absolue, c’est la mécanique et la nature de la conscience "consciente de soi". La « terra incognita » que représente la conscience, se laisse empiriquement approcher par l’étude des mécanismes cognitifs de notre cerveau.

L’exploration des paysages électromagnétiques et des limites cognitives semble nécessaire et aussi constitue, en l’approfondissant, la possible opportunité d’entrevoir furtivement, la nature cachée du monde, à travers le voile de la Réalité.

Cette exploration qui concerne aussi bien l’Art la science que l’anthropologie, se base sur une approche empirique, et tente, en se gardant d’enfoncer des portes ouvertes, de de réinterroger notre mode moderne avec un regard frais dénué de tout formalisme.

Protocole d’investigation sur le terrain

- Distinction préliminaire entre les champs d’investigation des paysages électromagnétiques naturels et artificiels.
- Mise en place de dispositifs de captation adéquats relatifs aux paysages électromagnétiques concernés.
- Confrontation des résultats et des systèmes de représentation.

Protocole d’expérimentation en laboratoire

- Élaboration de prototypes expérimentaux de captation et d’interférence sur les paysages électromagnétiques et sur les mécanismes cognitifs.
- Mise en place de processus expérimentaux induisant des états modifiés de conscience (fréquences binaurales, champs EM pulsés...)
- Expériences parapsychologiques.

Par delà le spectre électromagnétique

La mise en confrontation de tous les résultats d’investigation et d’expérimentation menées au sein du GhostLab, ont pour but une meilleure connaissance du Monde et des mécanismes de perception du Réel dans son ensemble. C’est avant tout une aventure humaine. L’électromagnétisme en tant que sphère d’exploration ne pourrait représenter qu’une béquille pour atteindre le degré de représentation d’un « milieu » infiniment plus complexe et intrinsèque. La recherche de cette supra-élementarité peut s’apparenter à la recherche des anciens alchimistes. Il n’est pas question ici de transmuter le plomb en or, mais de considérer une approche alternative de ce qui peut constituer le ferment de notre réalité, son essence.