Psycho-géographies

Création, Rêve et Au-delà

Le système-interface le plus fondamental, codifié et ritualisé, est à rapprocher du temps ontologique de la création et du seuil du passage de la mort. Le rite s’inscrit dans le temps cyclique du Mythe (Mircea Eliade), une temporalité différente du "temps historique " linéaire. C’est pourquoi tout rituel constitue une interface opérative. Le temps du Mythe se vit, s’incorpore et devient transmutatoire. Le Cosmos est recrée au cours du rituel chamanique, en retournant au Chaos, aux origines du monde. Ce processus est aussi valable dans une opération de guérison que dans le processus alchimique.

La science occidentale semble avoir approché ce phénomène dans l’étude de la DMT ou la "molécule de esprit" générée par le cerveau lors de la naissance et de la mort. Il semble que ces opérations chimiques se produisent également lors de rituels chamaniques et de la prise de psychotropes.

Le Rêve constitue aussi une interface de communication avec les territoires de l’inconscient. Le sommeil, cette « petite mort », communique à travers notre inconscient dans la phase paradoxale du rêve, et constitue un pont de communication avec le monde invisible. La structure du rêve semble complètement antinomique avec le temps de veille et présuppose un environnement dimensionnel à part entière. Ainsi selon les écrits du Père Florensky, comme dans les mythes Khazars, le rêve se manifeste à contre sens du Temps et se découle, comme la mort, du futur vers le passé.

L’exploration de ces conglomérats cognitifs mène a un renversement polaire de la conscience. Ainsi le haut devient le bas, le petit devient grand et l’invisible se révèle.

Techniques de l’extase

La tradition chamanique entretient une relation hybride et bi-directionnelle en ce qui concerne les systèmes de communication entre monde physique et monde invisible. D’une part le monde invisible est approché par une interface de représentation psychique et corporelle, d’autre part le monde physique est perçu en soi comme une interface de représentation du monde invisible.

Aussi la Nature ferait partie d’un ensemble évolutif à l’image du monde invisible. Le corps serait aussi à l’image du monde. Mais comment s’opèrent ces systèmes de communication ?

La science officielle ne peut expliquer ces phénomènes que de manière tronquée, puisque cela concerne l’exercice de la raison. Ces territoires de l’esprit ne peuvent être approchés par la raison que du point de vue extérieur. L’impossibilité de l’objectivation des modalités d’approche traditionnelles de ces conglomérats cognitifs, demeurent dans le fait que justement, les techniques de extases ont pour but de dissoudre les barrières du Mental, donc de la Raison.

C’est pourquoi la rencontre avec les espaces intérieurs et la réalité invisible du Monde ne peut se découvrir qu’à travers l’initiation. Le but de toute initiation n’est t-il pas de re-découvrir sa vraie nature ?

Parmi les rites initiatiques actifs de nos jours on peut citer le rite du Yagé en Amazonie, le Culte du Bwuti au Gabon et au Cameroun. Le chamanisme se perpétue de manière discrète et furtive dans d’autres régions du monde comme par exemple en Sibérie, au Kazakstan, au Népal, en Mongolie et en Australie.

Ces deux rites (Yagé et Bwuti) préconisent la prise de plantes dites enthéogènes, c’est a dire porteuses de la divinité. Il est intéressant de constater dans ces rites l’importance symbiotique attribuée à la prise de ces plantes, dans une véritable relation psycho-bio-technologique.

Interfaces

Comme dans les autres traditions chamaniques, les aborigènes d’Australie semblent avoir développé un système de pensée réticulaire, pas très différent des réseaux actuels informatiques, qu’ils utiliseraient pour communiquer entre eux à travers leur Rêves et des emplacements précis de leur géographie (Barbara Glowczewsky).

Ces conglomérats cognitifs utilisent des réseaux psychiques et géographiques comme autant de bornes de communication à l’instar de nos antennes GSM.

On retrouve ces systèmes de communication, quasiment à travers toutes les sociétés archaïques. L’évolution à travers ces territoires de l’ésprit se rapproche de l’utilisation d’un "browser" sur Internet, autrement dit d’un "moteur de recherche" de esprit, confère au cours de l’état symbiotique avec la plante enthéogène.

La relation entre les territoires de la Psyché et la géographie pourrait aussi se mettre en évidence par l’étude des relations énergétiques et informationnelles des constituants biologiques de base, l’ADN, et des éléments énergétiques terrestres liés au géomagnétisme et au tellurisme. Ces rapprochements peuvent aussi se faire entre les correspondances symbiotiques des ondes cérébrales et de la résonance de Shumann qui prend naissance dans les concavités ionosphériques de notre planète.

Dans une vision plus proche de la Cyberculture, on peut tenter le rapprochement, certes réducteur, entre la considération mémorielle de l’archivage Internet et le culte des ancètres ainsi que des "daemons" informatiques et les esprits de la nature.

Le développement des réalités virtuelles comme "Second Life", dans un principe d’extériorisation de nos conglomérats cognitifs à travers notre technologie, semble aussi se rapprocher de la nature du Rêve.

L’utilisation même de nos ordinateurs provoque des états altérés de conscience. Ces machines, pour l’avoir remarqué et mesuré à plusieurs reprises, émettent des fréquences dans la gamme des ondes Alpha et Delta du cerveau.

A la différence de nos réseaux informatiques et le développement de nos T.I.C, la tradition chamanique, dans son universalité garde un lien étroit avec la nature, les ancêtres et les esprits de la nature. Ces "liens étroits" ont entretenu le respect de l’écosystème de notre planète et de toute forme de vie. Par comparaison, notre société moderne, pilotée par le consumérisme, et le complexe militaro-industriel, ne fait que détruire de manière permanente l’équilibre planétaire qui nous a vu naître.

HCS texte du 23/04/07